Toute page ou ressource d'un site a au moins une adresse qui permet d'y accéder depuis l'internet. Des formes dérivées permettent de s'adapter au contexte de chaque internaute.

1. Adressage internet

1.1. Adresse internet (URL)

Chaque ressource sur l'internet (document HTML, image, son, boîte aux lettres électronique, etc.) a une adresse qui permet d'y accéder depuis un navigateur Web comme par exemple Firefox, Opéra ou Internet Explorer. Cette adresse unique est encore désignée sous le sigle URL (de l'anglais Uniform Resource Locator, littéralement « localisateur uniforme de ressource »).

En simplifiant un peu, elles sont de la forme :

http://celia.moreau.a-io.eu/fr/p/14/96#para?set_position=true&position=H

Une adresse se décompose en plusieurs parties, de gauche à droite :

  • le code du protocole de transmission : http pour la plupart des pages web – dites aussi HTML du langage utilisé pour les écrire – et des ressources associées (images, documents PDF, etc.) ;

  • le nom du sous-domaine, ici : celia.moreau, mais très souvent www désigne le serveur principal d'un domaine ou d'un sous-domaine ;

  • le nom de domaine figurant autour du point précédent la première barre de fraction, ici : a-io.eu ;

  • le chemin d'accès à la ressource suit la première barre de fraction, ici : /fr/p/14/96, souvent la dernière partie désigne le nom du fichier correspondant ;

  • le signet commence par le signe # et désigne un bloc à l'intérieur d'une page ;

  • les paramètres complémentaires commencent par un point d'interrogation et sont séparés par le signe & et de la forme « paramètre=valeur », ici : ?set_position=true&position=H.

Seul le nom de domaine est obligatoire, toutes les autres parties ayant des valeurs par défaut.

On appelle parfois nom du serveur (host) la chaine composée du nom du sous-domaine et de celui du domaine, ici : celia.moreau.a-io.eu

Avec le code du protocole - ici : http://celia.moreau.a-io.eu, on obtient l'adresse du serveur, adresse qui est aussi celle de la page d'accueil du site, sauf si celui-ci a une page d'introduction.

On appelle également adresse relative la partie suivant l'adresse du serveur, ici : /fr/p/14/96#para?set_position=true&position=H. L'adressage relatif doit toujours être utilisé pour les liens à l'intérieur d'un même site pour s'affranchir des modification en cas de changement de nom de domaine ou de sous-domaine.

2. Référencement des données

Comme la plupart des applications informatiques, le logiciel du projet A utilise une base de données dite relationnelle, car les informations sont stockées en tables reliées entre elles par des relations.

Les principales tables du projet décrivent les sites (sites), les espaces (spaces), les œuvres (works), les collages (stickers), les générateurs (generators), les commentaires (comments), les utilisateurs (users), etc.

Chaque enregistrement d'une table a un identifiant unique – son « id » – qui permet de le différencier sans ambiguïté. Les identifiants permettent d'établir les relations entre les tables.

3. Accès direct à un site

La page d'introduction d'un site si elle existe, sinon sa page d'accueil, est accessible avec plusieurs adresses plus ou moins spécifiques.

La gestion des domaines et sous-domaines spécifiques n'est pas effectuée avec le logiciel du projet A, mais par avec les outils de gestion de noms (DNS).

Les adresses des sites présentées ci-dessous sont des raccourcis pour leur page d'introduction ou d'accueil : l'accès au site est immédiatement redirigé vers sa première page dans le format détaillé au chapitre suivant.

3.1. Avec domaine spécifique

Pour une dizaine d'euros par an environ, l'artiste peut réserver un nom de domaine qui sera dédié à son site.

Ex. : http://dominique-moreau.fr avec souvent comme alias : http://www.dominique-moreau.fr

3.2. Avec sous-domaine spécifique

Dès qu'un site est opérationnel et en l'absence de nom de domaine spécifique, l'administrateur du projet A crée un sous-domaine du domaine commun, à partir du nom du site.

Ex. : http://celia.moreau.a-io.eu avec celia.moreau = nom du site

Sur demande, cet adressage peut cohabiter avec le précédent.

3.3. Sans sous-domaine spécifique

Pour un site en construction ou en service avec l'un des deux adressages précédemment décrits, il est toujours possible d'y accéder à partir de l'adresse du site communautaire, précisée par l'identifiant id numérique du site.

Ex. : http://a-io.eu/fr/p/14 avec 14 = id du site

4. Accès à une page

En dehors des pages spéciales (présentation des sites et des membres) et du mode gestion, les pages d'un site ont une adresse relative standard, au maximum de la forme suivante, définissant successivement la langue, le contrôleur, le site, l'espace, le collage et le générateur :

/fr/p/3/173/644/zoom

Apprenons à décrypter chaque champ de cette adresse.

4.1. Code de langue

Exemple : /fr/p/3/173/644/zoom

Le premier élément de l'adresse standard d'une page est le code international de la langue dans lequel la page doit être servie à l'internaute : fr (français), en (anglais), de (allemand), es (espagnol), etc.

Si le code de langue est toujours fourni par le logiciel A sauf pour la page principale d'un site, sa fourniture lors d'un appel est facultative : en son absence, le logiciel sélectionnera la langue la plus adaptée au paramétrage du navigateur de l'internaute. De même, l'utilisation d'un code de langue pour une page dont la traduction correspondante n'est pas disponible ne génère pas une erreur, le logiciel envoie dans ce cas aussi la meilleure version.

À noter qu'il est toujours préférable de fournir le code de langue pour une bonne indexation pour les moteurs de recherche. Pour les sites multilingues, l’absence de ce code est par contre conseillé pour les liens intégrés dans mes messages envoyés collectivement : la version de la page la plus adaptée sera alors présentée à chaque destinataire suivant ses préférences linguistiques.

La sélection d'une traduction est réalisée suivant les règles suivantes, jusqu'à ce qu'une bonne version soit trouvée :

  • langue demandée dans l'adresse ;
  • langue préférée de l'internaute, dans l'ordre des choix indiqués en paramètres de son navigateur ;
  • langue principale du site ;
  • première langue disponible.

Si une page n'est que partiellement traduite (par exemple, le titre mais pas le texte), le logiciel applique les mêmes règles de sélection à chaque composant de la page : le titre peut dont être en français et le texte en anglais.

4.2. Code du contrôleur

Exemple : /fr/p/3/173/644/zoom

 La valeur p demande l'affichage normal d'une page normale.

4.3. Identifiant du site

Exemple : /fr/p/3/173/644/zoom

 La première valeur numérique donne l'identifiant id interne du site demandé.

Quand l'identifiant du site est présent dans une adresse, celui-ci est prioritaire sur le nom de domaine ou de sous-domaine du site. Cette règle a pour but de faciliter les référencement entre les sites du projet. Les liens générés automatiquement référencent toutefois toujours le domaine officiel du site correspondant.

Une adresse de la forme /fr/p/3 s'arrêtant à l'identifiant du site demande un accès direct au site, c'est-à-dire soit à sa page d'introduction si elle est définie, soit sinon à sa page d'accueil.

Remarque

L'identifiant du site est prioritaire sur le nom de domaine ou de sous-domaine. Cette règle permet le changement de nom de domaine (ou de sous-domaine) d'un site tout en garantissant l'opérationnalité des adresses relatives à l'ancien ou au nouveau nom de domaine.

Exemple : Pendant sa phase de construction, le site 23 utilisait le nom de domaine a-io.eu de l'association. Au moment de l'ouverture du site, le nom le-jour-ou-la-nuit.fr lui a été affecté. Une ancienne adresse comme http://a-io.eu/fr/p/23/638 route auto­mati­quement vers la même page que http://le-jour-ou-la-nuit.fr/fr/p/23/638

4.4. Identifiant de l'espace

Exemple : /fr/p/3/173/644/zoom

La deuxième valeur numérique d'une adresse précise l'identifiant id interne de l'espace de la structure du site contenant les données à afficher. Cet espace doit bien sûr appartenir au site référencé sous peine de générer une erreur.

Une adresse de la forme /fr/p/3/173 s'arrêtant à l'identifiant de l'espace demande l'affichage de la page produite par le générateur principal d'un espace. C'est en général le cas des pages de rubriques ou de galeries.

4.5. Identification du collage

Exemple : /fr/p/3/173/644/zoom

Quand elle est présente, la troisième valeur numérique d'une adresse précise l'identifiant id interne d'un collage d'une œuvre sur l'espace indiqué et demande l'utilisation d'un générateur secondaire.

Une adresse de la forme /fr/p/3/173/644 s'arrêtant à l'identifiant du collage demande la page produite par le générateur 'detail' défini pour l'espace. C'est souvent le cas des pages présentant un tableau ou un article.

4.6. Identification du générateur secondaire

Exemple : /fr/p/3/173/644/zoom  ou   /fr/p/3/173/644/434

Enfin, quand il est présent, le dernier champ donne le type du générateur secondaire à utiliser pour produire la page.

Ce champ ne peut actuellement prendre que l'une des deux valeurs litérales 'detail' ou 'zoom', mais comme la mention de la première est facultative, on ne rencontre que la seule valeur 'zoom', en général pour afficher un tableau en gros plan.

Quand la valeur de ce champ est numérique, il précise une référence d'objet joint à l'œuvre qui sera passé en référence au générateur zoom de l'espace.

4.7. Visibilité d'accès

Pour optimiser la génération des pages (gestion du cache) qui ont un rendu différent suivant le niveau courant de visibilité de l'utilisateur, la valeur de ce niveau peut être insérer après le code de langue.

Exemple : /fr/4/p/3/173 accède à la page avec une visibilité Gestionnaire.

Les valeurs possibles sont les suivantes :

  • 0 = visibilité publique
  • 1 = visibilité Abonné
  • 2 = visibilité Invité
  • 3 = visibilité Membre
  • 4 = visibilité Gestionnaire
  • 5 = visibilité Super-administrateur

Cette fonctionnalité est utilisée par exemple pour limiter l'accès à certaines informations aux membres d'une association ou pour réduire la visibilité  à un webmestre sur une page qu'il prépare.

Bien sûr, la visibilité courante est plafonnée par le niveau de visibilité de l'utilisateur : un membre ne peut donc voir par exemple une page avec la visibilité d'un Gestionnaire.

Pour plus de détails, voir l'article Visibilité des informations.

5. Signet interne à une page

Il est parfois nécessaire de référencer une partie spécifique d'une page, par exemple, pour pointer vers une nouvelle dans une page d'actualités. Ceci est possible quand des signets ont été placés dans le contenu de la page.

Le positionnement de la page sur le signet se réalise en ajoutant un signe dièse # suivi du nom du signet à la fin de l'adresse de la page, avant les éventuels paramètres complémentaires.

Exemples: /fr/p/3/10#w28

6. Paramètres d'appel complémentaires

Certains composants utilisent des paramètres d'appel complémentaires dans l'adresse d'une page pour préciser les données à afficher.

Pour les pages à positionnement dynamique en ligne des éléments (composant Free par exemple), le paramètre ?set_position=true force l'affichage en mode actif, à condition bien sûr que l'utilisateur soit connecté et qu'il soit autorisé à réaliser cette opération.

7. Adressage des ressources

Le logiciel projet_a référence automatiquement les images de tous types intégrées dans les pages produites par les générateurs des sites à partir des données enregistrées.

Toutefois, dans le cas d'ajout dans le champ Texte d'une œuvre d'un lien vers une page, une image ou un fichier PDF par exemple, le webmestre doit manuellement ajouter la référence correspondante en sélectionnant la partie du texte sur la quelle portera le lien, puis en cliquant sur le bouton outil Lien (Insert / édit link) représentant les maillons d'une chaine ; la valeur à saisir dans le champ Link URL est la suivante :

7.1. Lien vers une page

Si le lien porte sur une page du site, l'URL à saisir est l'adresse relative de cette page telle que décrite ci-dessus. Ex. : /fr/p/3/10

Si le lien porte sur une page d'un autre site du projet A, même si une adresse relative est opérationnelle, il est recommandé de saisir l'adresse complète de cette page avec le code du protocole et le domaine. Ex. : http://dominique-moreau.fr/fr/p/3/10

Il est bien sûr possible de référencer une page d'un site externe en donnant son adresse complète.

7.2. Lien vers une image ou un fichier

Si le lien porte sur une image ou un fichier du site, on utilisera le formalisme décrit aux § 3.5 et 3.6 de l'article Saisie et formatage des textes qui garantit une stabilité de la référence, même en cas de remplacement du fichier ou d'évolution du logiciel avec un classement différent des fichiers.

7.3. Lien vers une ressource externe

Si le lien porte sur une page ou une ressource externe au site, l'URL à saisir est l'adresse complète de cette page ou ressource avec le code du protocole et le domaine.

8. Adressage raccourci

Deux types d'adressages fonctionnels et mnémoniques permettent d'accéder directement à une partie d'un site. Le premier est commun à tous les sites, le second propre à chaque site.

Une telle adresses est convertie dynamiquement en l'adresse standard telle que décrite dans les chapitres précédents.

8.1. Adressage raccourci commun

Ces adresses virtuelles sont disponibles sur tous les sites qui disposent des pages cibles correspondantes :

/::home
/::accueil
→ page d'accueil
/::intro → page d'introduction
/::news
/::actus
/::actu
→ page d'actualités
/::contact → page Contact
/::stats →page Statistiques (mode Gestion)

Exemple : http://claude-gimenes.fr/::actus

8.2. Adressage raccourci spécifique

Toutes les rubriques de premier niveau de chaque site ainsi que d'autres rubriques remarquables ont une adresse raccourcie formée du caractère : (deux-points) suivi de les titre simplifié en minuscules.

Exemple : http://dominique-moreau/:volumes

version 0.9.5-0459-150326
↑ Haut